top of page

La troisième oreille du psychanalyste





Écrire des histoires peut être incroyablement bénéfique pour clarifier ses pensées, retrouver un accès à des émotions enfouies, ou remettre en mouvement des pensées figées. 






Les histoires, les rêves, les souvenirs, les mises en récits, qu’ils soient écrits ou bien racontés sur le divan, je les écoute d’une oreille attentive, sensible à l’implicite, aux métaphores, aux expressions de l’inconscient, aux non-dits. Quand certains mots me semblent importants : je les pointe. Quand il me semble entendre des significations sous-jacentes, des conflits psychiques, je les interroge.


Lacan utilise l’expression métaphorique de « la troisième oreille » pour qualifier cette écoute profonde qui se développe au fil de la pratique du psychanalyste.




Comentarios


bottom of page